29 nov. 2009

Un long fleuve tranquille


C'est la tête pleine de fantastiques souvenirs de la Colombie qu'on décide de se lancer à la découverte de l´Amazonie brésilienne. Un saut d'avion survolant une région peu recommandable nous dépose au port de Leticia, à la frontière colombo-peruvo-brésilienne. De là, on embarque pour 4 jours et 3 nuits jusqu'à Manaus, au cœur de l´Amazonie. Le bateau est construit sur 3 étages et peut contenir jusqu'à 250 passagers. Dans cette région où il existe peu de routes praticables, les fleuves font office de route et les bateaux de bus.
Munis de nos hamacs tout neuf, on prend soin d´arriver dans les premiers afin de s'installer loin du vacarme du moteur. A chaque arrêt, la concentration de hamacs et de sacs se fait plus dense. Leur enchevêtrement fini par dessiner une gigantesque toile où les corps s´entremêlent. On comprend rapidement les astuces pour conserver un minimum d'espace vital et éviter de se retrouver avec un voisin un peu trop envahissant (placer son hamac en hauteur, s'étirer de tout son long).
Au début, on a quelques craintes pour nos affaires, surtout la nuit pendant les nombreuses escales. D'autant plus que le contenu de nos sacs a été minutieusement étalé aux yeux de tous par un contrôle de police la 1ère nuit (n'oublions pas qu'on vient de Colombie...).
Puis au fil des jours, la confiance et la routine s'installent. On fait peu à peu connaissance avec nos voisins de hamacs: d'abord les touristes hispanophones - Xavi, Marco, Talia, les 2 Juan, Julio et Cecilia, puis les locaux. Les journées défilent au rythme des repas et des siestes, entre lesquels on prend le temps de mater, lézarder, bouquiner, jouer aux dominos ou aux cartes.
Les eaux boueuses du fleuve, s'écoulant calmement le long d'une jungle épaisse et mystérieuse, sont parfois pimentées de dauphins ou d'un bateau en sens inverse. On fini par s'habituer à la monotonie du paysage, au ronronnement incessant du moteur, au cd de musique forro passé inlassablement en boucle dans des baffles grésillantes, aux canettes de bière jetées par dessus bord.
Certaines escales sont l'occasion de se dégourdir les jambes, d'acheter des fruits (encore des saveurs nouvelles). Et quand le bateau reprend sa marche, une brise légère soulage de la chaleur moite et des moustiques.
Après avoir navigué plusieurs jours  sur ce fleuve démesurément grand délimité par des berges quasi vierges, la découverte de l'énorme ville industrielle qu'est Manaus n'en est que plus surprenante. Le plus saugrenu étant son superbe théatre. Une fois de plus, on constate un grand déséquilibre entre ce quartier opulent et les rues insalubres du port et du marché où des familles entières squattent les épaves de bateaux échoués.
A l'approche du port de Manaus, un phénomène étrange se produit: la rencontre de 2 fleuves, l'un couleur café noir et l'autre café au lait, dont la frontière mouvante met plusieurs kms à se dissiper. On se baigne d'ailleurs dans les eaux noires du rio Negro; son immensité et la plage de sable brulant donnant l'illusion de bord de mer.

Puis on repart pour 5 jours de navigation direction Porto Velho, proche de la frontière bolivienne, accompagnés des chiliens rencontrés pendant la "croisière" précédente. Le bateau, plus petit et plus rustique, longe les rives à contre-courant du rio Madiera. On réalise que le 1er bateau était presque luxueux en comparaison, mais on n'est pas au bout de nos peines: on doit changer d'embarcation à mi chemin pour une autre encore plus étroite et usée. Bertrand se cogne constamment la tête et nettoie les toiles d'araignée du plafond. Le voyage commence à se faire long et ennuyeux. Bref, on a atteint nos limites d'adaptabilité; il est temps qu'on arrive. Mais ces 2000 km parcourus au cœur de l'Amazonie resteront une expérience inoubliable!

Les photos / le diapo de l'Amazonie.














4 commentaires:

Fran6co a dit…

Bonne année à vous deux :-)))
De mieux en mieux votre blog !
Va falloir faire éditer un bouquin façon Titouan Lamazou à votre retour ;-)
J'adore le dessin des hamacs, vu du hamac... ça me donne envie de m'assoupir.
La bise !

Anonyme a dit…

Salut les amis. Voilà encore un épisode passionnant! les photos et dessins sont tops! on s'y croirait! J'aimme bien aussi vos petits lies pour écouter de la musique et les vidéos: ça nous permet de nous immerger encore plus dans votre voyage. D'ailleurs ça serait pas mal que vous fassiez parfois des comptes rendus vidéos (ainsi on pourrait avoir vos récations sur le vif et entendre vos magnifiques voix)!!c'est une idée comme une autre...Grosses bises les amis. Céd et Alice

Fran6co a dit…

What's up ???
:-))

Anonyme a dit…

saludos desde patagonia!!
Julio

Enregistrer un commentaire